Par une campagne au ton décalé,
estives fait rentrer le PNNS dans le langage de tous les jours
«Hors jeux» ou «réalistes» : ce sont les noms que donne Sodexho aux adolescents et jeunes adultes de 12 à 18 ans. Elle en accueille 80 000 dans les 250 restaurants scolaires qu’elle gère pour des établissements d’enseignement privés ; pas franchement le genre de public avec lequel les campagnes de sensibilisation classiques accrochent et pourtant un réel enjeu : c’est à ces âges que les mauvaises habitudes alimentaires engagent pour la vie.

Parler à ces jeunes, ces faire preuve d’humilité mais aussi de conviction. Leur expliquer que bien manger, c’est consommer 5 à 10 fruits ou légumes par jour, c’est engager la communication sur un ton moralisateur qu’ils rejettent. Reste que ce discours d’information et de prévention, initié dans la cadre du Programme National Nutrition et Santé, est essentiel.
En exploitant des expressions du langage parlé comme «C’est pour ma pomme !», «J’ai pas un radis !» ou même «Ramène ta fraise !», l’objectif était double : interpeller sans barber et faire consommer à bon escient. La démonstration est aussi simpliste qu’efficace :
«Les fruits & légumes : parlez-en, mais surtout, mangez-les».
 

Dix visuels ont été déclinés et chaque restaurant a reçu une dotation d’affiches pour la visibilité et de cartes postales pour l’appropriation du message, un média en phase avec une cible jeune adepte du buzz.

Si vous aussi vous aimez,
vous pourrez même retrouver quelques «interdits» dans notre rubrique « Interdits-Goodies »