L’intelligence émotionnelle peut être décrite comme la capacité à recevoir ses propres émotions et celles des autres de façon positive. Elle s’inscrit dans la continuité de l’éducation bienveillante chez les enfants dont le leitmotiv est de récompenser les comportements positifs et pas seulement sanctionner les mauvais. Les managers faisant preuve d’intelligence émotionnelle démontrent une habileté cognitive qui leur permet d’être tournés vers l’autre tout en conservant leur autorité hiérarchique. 

Est-il possible d’apprendre l’intelligence émotionnelle?

intelligence émotionnelleLes réfractaires diront certainement que toutes les personnalités ne sont pas compatibles avec ce concept. Pourtant, c’est un sujet qui peut s’étendre bien au-delà du contexte professionnel et qui peut avoir un impact positif sur sa vie personnelle. Tout le monde peut développer son intelligence émotionnelle à condition de savoir se remettre en question et de faire preuve d’une certaine ouverture d’esprit. Elle peut s’acquérir en lisant simplement des ouvrages ou en participant à des formations de management qui sont aujourd’hui axées sur la bienveillance envers ses collaborateurs. Ce concept fait également l’objet d’un travail dans les programmes des classes préparatoires aux grandes écoles réputées pour la qualité de leurs enseignements. Pour développer son intelligence émotionnelle, il est également indispensable de se connaître soi et de savoir interpréter ses propres émotions. C’est un travail de tous les jours, qu’on peut faciliter avec des exercices simples comme la méditation.

En pratique, comment peut-on appliquer l’intelligence émotionnelle?

En tant que manager, il est essentiel de savoir analyser les manifestations des émotions de ses collaborateurs dans plusieurs contextes. Elles peuvent se traduire physiquement ou verbalement, par une mise en retrait de la personne, une difficulté à trouver ses mots ou encore des tics verbaux. Ainsi, lors d’une situation conflictuelle, le manager saura quelle attitude adopter. S’il s’agit d’un collaborateur soucieux, le manager sera capable de mettre des mots sur les émotions de son interlocuteur, ce qui est un premier pas pour désamorcer la situation. En effet, lorsqu’on arrive à interpréter les émotions, il est plus facile de s’en servir pour en tirer du positif. Par exemple, si un collaborateur est particulièrement stressé en vue de la deadline de son projet, il peut être intéressant de réfléchir avec lui à une nouvelle méthodologie de travail plus adaptée à sa personnalité. Il abordera ainsi ses futurs projets plus sereinement. L’intelligence émotionnelle nécessite donc une profonde empathie : « comment aurais-je réagi dans son cas ? Qu’est ce qui aurait pu me rassurer? »

Les challenges positifs, la clé d’un management réussi

Certains projets nécessitent d’imposer une deadline, néanmoins, pour motiver les équipes sans les mettre sous pression, il s’avère souvent plus intéressant de la présenter comme un challenge positif. Il est dans la nature de l’homme de mettre plus de cœur à l’ouvrage si la finalité du projet est positive pour lui. On peut par exemple appliquer ce concept de façon concrète pour la sécurité routière. Les conducteurs ne seraient-ils pas plus motivés à respecter les vitesses si une réduction d’impôts était accordée à la fin de l’année en cas de bonne conduite? Le challenge serait ici positif et on oublierait cette impression négative de « racket ». En entreprise, cela peut se traduire par des primes qui sont bien sûr très motivantes, mais aussi par de simples remerciements et félicitations en présence d’autres collaborateurs. Le manager a le devoir de relever les erreurs de ses subalternes, mais il doit également savoir mettre en lumière leurs réussites afin qu’ils se sentent valorisés.
L’intelligence émotionnelle constitue donc aujourd’hui un des piliers du management moderne. Elle balaye définitivement ces injonctions désuètes qui appellent à être fort et ne pas montrer ce que l’on ressent. Les émotions régissent notre vie, il est donc essentiel de pouvoir les extérioriser en particulier lorsque la situation s’avère stressante.