Ce n’est pas un hasard : en moins d’un an, 4 grandes manifestations nautiques se relaient sur les océans. Friands de régates mono-type,
les anglo-saxons ont suivi, avec passion, l’America’s Cup et les Jeux Olympiques de Sydney. Plus amateurs de transats, les
européens, et notamment les français, suivent avec un intérêt croissant les grandes aventures trans-océaniques : Vendée Globe Challenge et The Race accaparent l’audimat de l’hiver 2000-2001.

Pour sa participation à l’America’s Cup, Sixième Sens, le défi français dont le principal partenaire était Bouygues Telecom, a annoncé un budget de 125 MF pour sa campagne néo-zélandaise qui l’a conduit jusqu’aux demi-finales. Finaliste, le défi italien, réuni sous
la bannière de Prada, a affiché un budget de l’ordre de 300 MF, ce qui lui conférait le budget annuel d’une bonne écurie de F1.

Côté transat, on va du plus petit au plus grand. Engager un jeune navigateur dans une course promotionnelle mais symbolique comme la Course du Figaro, peut se limiter à quelques dizaines de milliers de francs. Bien sûr, à ce prix, on participe, on ne gagne pas.
Un cran au-dessus, le Vendée Globe Challenge : sur la base «d’un homme, un bateau, un tour du monde sans escale, ni assistance», 24 skippeurs se sont engagés dans l’édition 2000-2001.

Aquarelle.com a hissé ses couleurs sur un voilier pour 3MF (+ 3MF pour un partenariat avec France 3). Pour viser la victoire, PRB annonce un budget de 15 MF, dont 9 pour le bateau et 6 pour le fonctionnement. Les «grosses écuries», Kingfisher, Whirlpool ou Voilà affichent des budgets autour de 20 MF. Autre forme de présence, Vizzavi, le portail de Vivendi, a déboursé 5,6 MF pour être le parrain principal de l’événement aux côtés des collectivités locales.
Plus fou : The Race. Sept voiliers géants seront engagés dans une course autour du monde sans limite de taille. Départ prévu : le 31 décembre 2000. Club Med et PlayStation annoncent des budgets autour de 30 MF quand Team Philips serait plus proche des 40.

Ici, on quitte souvent l’univers des chiffres pour rejoindre celui des émotions. Cependant, la voile rend abordable une recherche de notoriété qui sans elle, prendrait plus de temps et de moyens :
6ème Sens, le nouveau portail wap de Bouygues Telecom, Vizzavi et Voilà ont dû faire la même analyse…

C’est encore plus probant quand l’entreprise n’a pas vraiment de notoriété ou cherche à toucher un public plus ciblé. PRB considère que sa participation au précédent Vendée Globe Challenge, c’est 5% de croissance en plus. Et pourtant, Isabelle Autissier, qui représentait les couleurs de l’entreprise vendéenne, avait renoncé avant l’arrivée.

Le principal retour de la voile, c’est l’image qui en bénéficie. Aventure humaine, haute technologie, compétition internationale, respect de l’environnement : vous connaissez un meilleur cocktail ?